Apprenez les bases du référencement grâce à un guide pour débutants que même votre grand-mère comprendrait.

Vous voulez apprendre le référencement naturel mais ne savez pas par où commencer ? Lisez notre guide SEO complet pour les débutants et apprenez tout ce que vous devez savoir pour procéder à l’optimisation des moteurs de recherche par vous-même ! 

Les bases du référencement naturel

Avant de nous plonger dans les techniques et aspects spécifiques du référencement naturel, couvrons les définitions de base, le vocabulaire et les questions fréquemment posées. Vous êtes prêts ? C’est parti !

Qu’est-ce que le référencement naturel ou SEO ?

L’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO) est le processus qui consiste à optimiser votre site Web dans le but d’améliorer votre classement dans les résultats de recherche et d’obtenir davantage de trafic organique (non payant).

L’histoire du référencement remonte aux années 90, lorsque les moteurs de recherche sont apparus pour la première fois. Aujourd’hui, il s’agit d’une stratégie marketing essentielle et d’un secteur en pleine expansion.

L’optimisation des moteurs de recherche se concentre uniquement sur les résultats de recherche organiques et n’inclut pas l’optimisation PPC. Le SEO et le PPC font tous deux partie du marketing des moteurs de recherche.

Les moteurs de recherche sont utilisés par les internautes lorsqu’ils recherchent quelque chose.

Et vous voulez fournir la réponse à ce quelque chose. Peu importe que vous vendiez un produit ou un service, que vous écriviez un blog ou autre chose, l’optimisation des moteurs de recherche est d’une importance capitale pour tout propriétaire de site Web.

Pour le dire plus simplement :

Le référencement est l’ensemble des actions que vous menez pour que Google considère votre site Web comme une source de qualité et le classe plus haut pour les requêtes de recherche souhaitées.

A noter

Bien que SEO signifie « search engine optimization » (optimisation pour les moteurs de recherche), avec la domination actuelle de Google, nous pourrions simplement utiliser le terme « optimisation pour Google ».

C’est pourquoi tous les conseils et techniques de ce guide concernent principalement le référencement Google, bien que de nombreuses choses soient universelles et s’appliquent à l’optimisation pour tout autre moteur de recherche.

Le SEO en quelques mots

Vous n’avez pas besoin de connaître TOUS les facteurs et les algorithmes exacts que Google utilise pour classer votre site Web. Mais vous devez connaitre les éléments clés du référencement pour réussir.

Une façon simple de comprendre les 3 facteurs les plus importants est d’imaginer un bol de soupe – la soupe du référencement.

Il y a trois aspects clés du référencement naturel:

L’aspect technique – Le bol représente tous les aspects techniques que vous devez couvrir (souvent appelés SEO technique ou on-page). Sans un bon bol, il n’y aurait rien pour contenir la soupe.
Un contenu de qualité – La soupe représente le contenu de votre site Web – la partie la plus importante. Un contenu de mauvaise qualité = aucun classement, c’est aussi simple que cela.
Backlinks de qualité – L’assaisonnement représente les backlinks qui augmentent l’autorité de votre site Web. Vous pouvez avoir un excellent contenu et un site Web parfaitement optimisé, mais en fin de compte, vous devez gagner en autorité en obtenant des liens retour de qualité – le dernier ingrédient pour que votre soupe de référencement soit parfaite.
Dans les parties suivantes, nous examinerons tous ces aspects d’un point de vue pratique.

Vocabulaire utile en SEO
Dès que vous commencez à creuser dans le domaine du référencement, vous rencontrez certains termes communs qui tentent de catégoriser ses différents aspects ou approches, à savoir :

  • SEO on-page et SEO off-page
  • Black hat SEO & white hat SEO

Bien que ces termes ne soient pas très importants d’un point de vue pratique, il est bon d’en connaître la signification.

    On-page SEO & off-page SEO

    Les termes SEO on-page et off-page classent les activités de référencement selon qu’elles sont effectuées sur le site web ou non.

    Le SEO on-page est tout ce que vous pouvez faire sur le site web – de l’optimisation du contenu aux aspects techniques.

    • Recherche de mots-clés
    • Optimisation du contenu
    • Optimisation de la balise Title
    • Optimisation des performances de la page
    • Liens internes

    L’objectif est de fournir à la fois un contenu et une interface utilisateur parfaits tout en montrant aux moteurs de recherche de quoi il s’agit.

    A noter : Les termes « on-page SEO » et « technical SEO » sont parfois utilisés de manière interchangeable et parfois utilisés pour distinguer l’optimisation liée au contenu (par exemple, les balises de titre) et l’optimisation orientée techniquement (par exemple, la vitesse de la page).

    L’Off-Page SEO consiste principalement à obtenir des backlinks de qualité pour montrer aux moteurs de recherche que votre site Web a de l’autorité et de la valeur. La construction de liens peut impliquer des techniques telles que :

    • l’article invité
    • L’envoi d’email
    • La création de liens brisés.

    Le SEO Off-Page est également étroitement lié à d’autres domaines du marketing en ligne, tels que le marketing des médias sociaux et la stratégie de marque, qui ont un impact indirect sur la confiance et l’autorité de votre site Web.

    N’oubliez pas qu’une stratégie de référencement réussie se compose à la fois de On-Pge et de Off-Page.

    White hat SEO vs. black hat SEO

    Les chapeaux noirs et les chapeaux blancs trouvent leur origine dans les films occidentaux. Ils représentaient les méchants et les gentils.

    Dans le domaine du référencement, ces termes sont utilisés pour décrire deux groupes de référenceurs : ceux qui adhèrent aux règles définies par les directives pour les webmasters de Google et ceux qui ne le font pas.

    Le Black hat SEO est un ensemble de pratiques contraires à l’éthique (et généralement spammy) visant à améliorer le classement d’un site web.

    Ces techniques peuvent vous faire atteindre le sommet des résultats de recherche en peu de temps, mais les moteurs de recherche pénaliseront et banniront très probablement le site Web tôt ou tard.

    Le White hat SEO, quant à lui, fait référence à toutes les techniques de référencement normales qui respectent les directives et les règles. Il s’agit d’une stratégie à long terme dans laquelle les bons classements sont le produit secondaire d’une bonne optimisation, d’un contenu de qualité et d’une approche orientée vers l’utilisateur.

    Si les experts en référencement s’accordent à dire que le « white hat » est la voie à suivre, les avis divergent quant à l’acceptabilité de diverses techniques de création de liens (y compris l’achat de liens).

    Questions fréquemment posées

    Peut-on faire du référencement naturel soi-même ?

    Faire du référencement naturel n’est pas chose aisée. Mais ce n’est pas non plus la science infuse.

    Il y a des choses que vous pouvez mettre en œuvre immédiatement et il y a des concepts qui prendront beaucoup plus de temps et d’efforts. Donc oui, vous pouvez faire du référencement par vous-même.

    La seule question est de savoir si vous êtes prêt à investir du temps pour apprendre tous les aspects du référencement naturel, ou si vous allez engager un professionnel et allouer votre temps autre part.

    Comment apprendre à faire du seo ?

    Il y a plusieurs choses que vous devriez faire pour apprendre le référencement :

    • Lire des ressources fiables
    • Acquérir une expérience pratique
    • N’ayez pas peur des expériences
    • Avoir beaucoup de patience (le référencement est un marathon, pas un sprint).

    La mise en œuvre des éléments de ce guide est un excellent moyen de commencer.

    Combien de temps pour apprendre le SEO ?

    Pour répondre à cette question, nous utiliserons une réponse commune des experts en référencement à presque tous les problèmes de référencement : cela dépend.

    Si la compréhension des bases ne vous prendra pas plus de deux semaines, la maîtrise réelle de cette discipline dépend largement de la pratique, qui est une question de mois, voire d’années.

    Dernier point, mais non des moindres, le référencement évolue en permanence. Vous devez toujours continuer à apprendre et vous tenir au courant des dernières mises à jour, expériences et découvertes.

    Ai-je besoin d'outils pour faire du seo ?

    Si vous prenez le SEO au sérieux, vous ne devez pas négliger les données et les informations utiles fournies par les différents outils de référencement. Ils vous donnent un grand avantage concurrentiel et vous font gagner beaucoup de temps.

    Voici quelques outils SEO essentiels que tout propriétaire de site Web devrait utiliser :

    • Google Search Console
    • Un outil d’analyse du trafic (par exemple, Google Analytics)
    • Un outil de recherche de mots-clés (par exemple, KWFinder)
    • Un outil d’analyse des liens retour (par exemple, LinkMiner)
    • Un outil de suivi du classement (par exemple, SERPWatcher)
    Le SEO est-il mort ?

    Lorsque les gens utilisent l’expression « le SEO est mort », ils veulent généralement dire que « les tentatives de spamming pour tromper l’algorithme de Google qui étaient utilisées il y a 10 ans sont mortes ».

    En dehors de cela, l’optimisation des moteurs de recherche est une stratégie marketing essentielle et un secteur en pleine expansion.

    Les moteurs de recherche

    Dans cette deuxième partie, vous apprendrez ce que sont les moteurs de recherche, comment ils fonctionnent et quels sont les facteurs de classement les plus importants dans Google.

    Qu’est-ce qu’un moteur de recherche ?

    Un moteur de recherche est un outil en ligne qui aide les gens à trouver des informations sur l’internet. Un exemple typique ? Google.

    Et à vrai dire, Google est aussi probablement le seul exemple que vous devez connaître. Il suffit de regarder le graphique de la part de marché mondiale des moteurs de recherche

    search engines market share worldwide

    Ainsi, lorsque nous parlons de moteurs de recherche dans ce guide, nous pensons surtout à Google. Les autres moteurs de recherche fonctionnent selon des principes similaires et tant que votre site est optimisé pour Google, vous devriez être prêt pour les autres aussi.

    Comment fonctionne un moteur de recherche ?

    Le processus de fonctionnement des moteurs de recherche consiste en ces principales étapes :

    • Le crawling
    • L’Indexation
    • La Sélection des résultats
    • Et enfin, affichage des résultats de la recherche à l’utilisateur.

    Le Crawling

    Le crawling est le processus par lequel les moteurs de recherche balayent en permanence toutes les pages web de l’internet.

    Ils utilisent de petits programmes (appelés crawlers ou bots) pour suivre tous les liens hypertextes et découvrir de nouvelles pages (ainsi que des mises à jour des pages qu’ils ont découvertes auparavant).

    L’indexation

    Une fois que le site Web est exploré, les informations sont indexées. Les moteurs de recherche essaient d’analyser et de comprendre les pages, de les catégoriser et de les stocker dans l’index.

    L’index du moteur de recherche est en fait une gigantesque bibliothèque de tous les sites Web explorés dans un seul but : les comprendre et les rendre disponibles pour être utilisés comme résultat de recherche.

    Astuce

    Si vous souhaitez savoir si votre page a été explorée et indexée, il vous suffit de vous rendre dans la Google Search Console.

    Vous verrez la date à laquelle la page a été explorée pour la dernière fois, ainsi que des avertissements concernant tout problème potentiel d’exploration et d’indexation de votre page par Google.

    La sélection des résultats

    Une fois que l’internaute a soumis une requête de recherche, le moteur de recherche fouille dans l’index et en tire les meilleurs résultats. La liste des résultats est connue sous le nom de SERP (Search Engines Results Page).

    Dans les paragraphes suivants, nous allons examiner de plus près l’algorithme de recherche de Google.

    L’algorithme Google

    L’algorithme de recherche de Google est utilisé comme un terme générique pour désigner tous les algorithmes individuels, les systèmes de machine learning et les technologies que Google utilise pour classer les sites Web.

    Pour fournir les meilleurs résultats, ils prennent en compte différents facteurs, à savoir :

    • Le sens de la requête – le moteur de recherche doit comprendre ce que l’utilisateur recherche exactement.
    • La pertinence des pages – la page doit être pertinente par rapport à la requête de recherche
    • La qualité du contenu – le moteur de recherche tente de sélectionner les meilleurs résultats en termes de qualité du contenu
    • La convivialité des pages – les pages doivent également être utilisables (en termes d’accessibilité, de lisibilité, de sécurité, etc.)
    • Le contexte et les paramètres – enfin et surtout, l’emplacement de l’utilisateur, ses paramètres et l’historique de ses recherches sont pris en compte.

    Comme tout autre système complexe, l’algorithme de Google doit être mis à jour et modifié régulièrement.

    Outre les mises à jour mineures de l’algorithme qui ont lieu quotidiennement, Google procède généralement à deux mises à jour principales de l’algorithme par an.

    Ces mises à jour sont annoncées officiellement par Google et suscitent beaucoup d’intérêt dans la communauté SEO.

    L’examen d’une liste des principales mises à jour de l’algorithme de base (par exemple, Panda, Penguin, Hummingbird,…) peut être un excellent moyen d’obtenir un aperçu rapide de l’évolution de la recherche Google et du référencement au fil des ans.

    L’évaluation manuelle

    Outre les algorithmes, Google utilise également des données humaines.

    Des milliers d’employés externes de Google, appelés « Search Quality Raters », suivent des directives strictes (accessibles au public), évaluent les résultats de recherche réels et notent la qualité des pages classées.

    Un exemple typique de pages soumises à ce type d’évaluation stricte est celui des pages dites YMYL (Your Money, Your Life), qui traitent de sujets importants pouvant avoir un impact sur le bonheur, la santé, la sécurité ou le bien-être financier d’une personne.

    Les évaluateurs de qualité n’influencent pas directement les classements, mais leurs données sont utilisées pour améliorer l’algorithme de recherche.

    Les principaux facteurs dee référencement

    Bien sûr, les moteurs de recherche gardent secrets les calculs exacts de leurs algorithmes. Néanmoins, de nombreux facteurs de classement sont bien connus.

    Les facteurs de classement sont un sujet très discuté dans le monde du SEO.

    Beaucoup d’entre eux ont été officiellement confirmés par Google, mais beaucoup restent du domaine des spéculations et des théories. D’un point de vue pratique, il est important de se concentrer sur les facteurs qui ont un impact prouvé, mais aussi d’essayer de garder un « bon score » dans tous les domaines.

    Voici les 10 facteurs les plus importants :

    • Un contenu bien ciblé – vous devez identifier ce que les gens recherchent et créer un contenu de qualité adapté à leurs besoins.
    • Un site Web accessible aux robots – c’est une évidence – si vous voulez être classé, votre site Web doit être facile à trouver par les moteurs de recherche.
    • Qualité et quantité des backlinks – plus il y a de pages de qualité qui renvoient à votre site, plus vous aurez d’autorité aux yeux de Google.
    • Du contenu axé sur l’intention de l’utilisateur – le référencement ne dépend pas seulement des mots que vous utilisez, mais aussi du type de contenu et de son exhaustivité – rendez votre visiteur heureux et Google le sera aussi.
    • Contenu unique – faites très attention à ne pas utiliser de contenu dupliqué sur vos sites Web.
    • EAT : Expertise, Autorité, Confiance – les signaux E-A-T sont évalués par les évaluateurs de qualité de Google. N’oubliez jamais de développer et de prouver votre expertise et votre fiabilité et n’écrivez que sur des sujets pour lesquels vous êtes qualifié.
    • Contenu récent – certains sujets exigent plus de fraîcheur que d’autres, mais vous devez néanmoins mettre régulièrement à jour votre contenu pour qu’il reste d’actualité.
    • Taux de clics – optimisez vos balises de titre et vos méta-descriptions pour améliorer le taux de clics de vos pages.
    • Vitesse du site : assurez-vous que vos visiteurs n’ont pas à attendre trop longtemps pour charger la page, sinon il y a de fortes chances qu’ils partent avant de la visiter.
    • Fonctionnement sur tous les appareils – votre site Web doit fonctionner parfaitement sur tous les appareils et toutes les tailles d’écran (n’oubliez pas que la majorité des internautes utilisent des appareils mobiles !)

    La recherche de mots-clés

    La recherche de mots-clés est l’une des tâches de base du référencement. Dans ce chapitre, vous apprendrez comment trouver votre niche et comment trouver des mots-clés rentables pour lesquels vous pouvez vous classer.

    La recherche de mots-clés doit être la toute première étape de votre stratégie SEO. Elle est particulièrement importante dans deux cas :

    • Apprendre à connaître votre niche – lors du lancement d’un nouveau site Web, la recherche de mots-clés peut fournir un excellent aperçu des sous-thèmes qui intéressent les personnes dans votre niche ou votre secteur d’activité.
    • Trouver de nouvelles idées de contenu – la recherche de mots-clés peut vous aider à trouver les opportunités de mots-clés les plus rentables et à planifier votre stratégie de contenu.

    Où trouver des mots-clés ?

    Il existe plusieurs façons de trouver des mots-clés.

    Votre première tâche consiste à trouver des mots-clés de base, c’est-à-dire des expressions que vous utiliserez comme tremplin pour trouver d’autres idées de mots-clés. Si vous tenez un blog sur le café, des expressions simples telles que « grains de café », « machines à café » ou « expresso » feront parfaitement l’affaire.

    Les méthodes classiques de recherche de mots-clés :

    Les suggestions Google

    Google propose de nombreuses suggestions de mots-clés directement dans les SERP. Des fonctions telles que la saisie semi-automatique, la fonction « Les gens demandent aussi » ou les recherches connexes peuvent constituer une excellente source d’idées de mots clés.

    Avec la fonction de saisie semi-automatique, il vous suffit d’écrire votre mot clé dans la barre de recherche Google pour que les suggestions apparaissent automatiquement.

    suggestions de la barre de recherche google pour le mot-clé "seo"

    Vous pouvez combiner votre mot-clé de départ avec différentes lettres de l’alphabet pour trouver davantage d’idées d’autocomplétion (par exemple, seo seo a, seo b,…).

    Quels outils utiliser pour les mots-clés ?

    Il existe de nombreux outils de recherche de mots-clés gratuits qui peuvent vous donner des centaines d’idées de mots-clés à partir d’un seul mot-clé de départ. Le problème est qu’ils sont très limités en ce qui concerne les autres fonctionnalités. Cela ne veut pas dire qu’il est impossible de faire du référencement naturel gratuitement.

    Donc, si vous gagnez de l’argent avec votre site Web d’une manière ou d’une autre, un outil de mots-clés payant de qualité est un excellent investissement qui sera rentabilisé tôt ou tard.

    Outre les suggestions de mots-clés, les outils professionnels offrent d’autres mesures et informations utiles pour évaluer les mots-clés et choisir les meilleurs. Ils peuvent donc vous faire gagner beaucoup de temps sur l’audit SEO de votre site et vous donner un avantage concurrentiel.

    Il y a deux façons de commencer la recherche de mots-clés avec un outil de recherche de mots-clés :

    • Utiliser le mot-clé de départ
    • Analyser les domaines/URLs des concurrents

    En plus des suggestions, ce tpe d’outils propose un score de difficulté SEO, qui indique les efforts qu’il faudra fournir pour être positionné dans les SERP.

    Les paramètres à prendre en compte lors de la recherche de mots-clés

    Votre objectif est de trouver des mots clés pertinents avec des volumes de recherche élevés et une faible difficulté des mots clés – une combinaison idéale des trois facteurs les plus importants de la recherche de mots clés.

    Le volume de recherche

    Dans le passé, les créateurs de contenu effectuaient des recherches sur les mots clés uniquement pour trouver les mots clés ayant un fort volume de recherche.

    Ils les inséraient dans le contenu pour tromper les algorithmes des moteurs de recherche et s’assurer un classement élevé dans la recherche organique. Depuis lors, la recherche de mots-clés est devenue beaucoup plus complexe.

    Mots-clés à longue traîne et volumes de recherche

    De nombreux guides de recherche de mots-clés recommandent de se concentrer sur les mots-clés dits à longue traîne, c’est-à-dire les mots-clés plus spécifiques et généralement composés de plus de mots.

    La raison en est simple :

    Les mots-clés de longue traîne ont tendance à présenter une difficulté moindre et des taux de conversion plus élevés. En effet, la requête étant plus spécifique, il y a plus de chances que l’utilisateur soit plus avancé dans le parcours de l’acheteur.

    Sans compter qu’il y en a des centaines – on estime qu’environ 70 % de tout le trafic provient de mots-clés à longue traîne.

    Bien sûr, l’inconvénient est un volume de recherche plus faible. Vous devez donc prendre en compte tous les aspects et trouver un équilibre entre l’effort à fournir et les avantages potentiels.

     

    En outre, il n’est pas toujours possible de se classer uniquement pour les mots clés à fort volume.

    La vérité est qu’en tant que nouveau site Web, vous ne serez tout simplement pas en mesure de vous classer pour des mots clés importants. Cela ne signifie pas que vous ne devez pas essayer une fois que vous vous serez établi sur le marché et aurez acquis une certaine autorité.

    Il s’agit d’évaluer vos chances réelles. La mesure appelée difficulté des mots-clés peut vous aider à le faire.

    La difficulté du mot-clé

    Une fois que vous avez trouvé les mots-clés pour lesquels vous voulez vous classer, vous devez déterminer la difficulté en évaluant la concurrence. Elle est généralement exprimée avec la métrique appelée difficulté des mots-clés.

    Dans la plupart des outils, la valeur de la difficulté du mot-clé est indiquée sur une échelle de 0 à 100. Plus le score est élevé, plus il est difficile de se classer sur la 1ère SERP pour le mot-clé.

    Elle est basée sur l’autorité des pages classées pour le mot-clé donné.

    En gardant un œil sur la difficulté des mots-clés :

    • Vous obtiendrez un excellent aperçu des « grands » mots clés et des « grands » acteurs de votre niche.
    • Vous serez en mesure d’identifier les mots clés pour lesquels vous avez une chance réelle de vous classer.
    • Vous gagnerez beaucoup de temps en vous concentrant sur les mots clés qui peuvent vous apporter des résultats même si vous n’avez pas encore beaucoup d’autorité.

    A noter : 

    Les valeurs de difficulté des mots-clés peuvent varier selon les outils – vous pouvez voir un score de 30 dans un outil et de 50 dans un autre pour exactement le même mot-clé.

    C’est parce que les calculs sont basés sur des mesures et des algorithmes légèrement différents. L’important est de comparer les résultats dans un même outil.

    La pertinence des mots-clés

    Enfin et surtout, votre mot-clé doit être pertinent. Le moyen le plus simple est de faire une analyse SERP appropriée pour savoir :

    • Si vous êtes en mesure de concurrencer les sites Web dans la 1ère SERP (voir la partie précédente sur la difficulté des mots clés).
    • Quelle est l’intention de recherche derrière les mots clés que vous voulez optimiser ?

    En regardant les SERP, vous pouvez identifier l’intention de recherche derrière la requête et voir si elle correspond à votre contenu.

    Il existe 4 types d’intention de recherche différents :

    • Navigationnel – recherche d’un site Web ou d’une marque spécifique.
    • Informationnelle – recherche d’informations générales
    • Transactionnelle – l’utilisateur veut acheter quelque chose en ligne.
    • Commercial – l’utilisateur effectue des recherches avant l’achat

    Disons que vous gérez une boutique en ligne proposant des équipements de fitness. Vous voulez optimiser la page produit de vos supports à squats et vous trouvez le mot-clé « meilleur support à squats ». Il a un volume de recherche solide et la difficulté n’est pas trop élevée.

    Cependant, si vous regardez les résultats de recherche, vous remarquerez que toutes les pages classées pour « meilleur support pour squats » sont des avis et des guides d’achat, et non des pages de produits. En d’autres termes, Google considère qu’il s’agit d’un mot clé commercial et non transactionnel.

    Un rapide coup d’œil à la SERP vous le dira.

    Gardez toujours cela à l’esprit pour ne pas finir par optimiser les mauvais mots clés.

    L’optimisation du contenu

    De nombreux spécialistes du marketing ont l’habitude de penser que le contenu et le référencement sont des acteurs distincts. Ils ne pouvaient pas avoir plus tort. Découvrons comment vous pouvez bénéficier de leur synergie.

    On dit que le contenu est roi.

    Aussi cliché que cela puisse paraître, il y a beaucoup de vérité là-dedans. Le référencement et le contenu sont liés.

    (En d’autres termes, il ne sert à rien de faire du référencement si votre contenu est nul).

    C’est pourquoi nous avons décidé de partager quelques conseils pratiques sur la création d’une stratégie de contenu efficace dans ce guide du référencement.

    L’organisation du contenu

    Votre stratégie de contenu doit être basée sur une bonne compréhension de votre niche et des besoins de votre public.

    Nous avons abordé la première étape de ce processus – trouver les bons mots-clés – dans le chapitre précédent. La deuxième étape consiste à identifier les sujets.

    Bien souvent, le mot-clé est aussi un sujet autonome. Mais ce n’est pas toujours le cas.

    Disons que vous tenez un blog sur le marketing en ligne et que vous trouvez plusieurs mots-clés comme :

    • Comment créer un blog
    • Comment démarrer un blog
    • Comment créer son propre blog

    Vous remarquerez que, même si les mots diffèrent, ils concernent tous la même chose : la création d’un blog.

    Cela n’aurait aucun sens de créer un article distinct pour chacun d’entre eux. Au lieu de cela, nous les regroupons en un seul sujet – comment créer un blog – et le couvrons dans un guide complet qui pourrait potentiellement être classé pour chacun de ces mots clés.

    (Si vous effectuez une analyse rapide des SERP, vous remarquerez que les résultats de recherche sont presque identiques pour chacun d’entre eux).

    Une fois que vous avez établi le sujet, vous pouvez revenir au niveau des mots-clés et en sélectionner un qui représentera le mieux votre sujet – le mot-clé central (également appelé mot-clé cible).

    Le principe de base de la stratégie de contenu pour le référencement est simple :

    1 page = 1 sujet = 1 mot-clé cible.

    Pour sélectionner le mot-clé cible, vous devez suivre les principes de recherche de mots-clés que nous avons largement abordés dans le chapitre précédent – tenez compte de son volume de recherche, de sa difficulté et de sa pertinence.

    Comment organiser les sujets ?

    Une excellente façon de planifier et d’organiser vos sujets est d’utiliser ce que l’on appelle les « content hubs ».

    Un hub de contenu est une collection de pages qui sont toutes liées à un certain sujet.

    Les pages sont reliées entre elles et fournissent une vue d’ensemble du sujet ainsi que des informations plus détaillées sur les sous-thèmes.

    Il existe deux types de contenu pour y parvenir :

    Le contenu pilier – une page pilier qui fournit une vue d’ensemble du thème général, en ciblant généralement un mot clé général (par exemple, le jogging).
    Contenu groupé – les pages de soutien qui traitent en détail des sous-thèmes du thème (par exemple, les avantages du jogging, les chaussures de jogging, les erreurs de jogging).

    Cette stratégie présente de multiples avantages :

    • Vous apportez plus de valeur à vos lecteurs en couvrant chaque sujet en détail – ils n’ont pas besoin de visiter d’autres sites Web pour tout savoir sur un certain sujet.
    • Vous êtes obligé de planifier et de structurer votre contenu et de couvrir systématiquement tous les mots-clés importants de votre niche.
    • Vous augmentez votre autorité dans certains domaines en reliant entre elles les pages qui sont étroitement liées sur le plan thématique.

    Cibler différents types d’intention

    Lorsque vous sélectionnez les sujets de votre contenu, n’oubliez pas qu’il existe différents types d’intention de recherche (voir le chapitre précédent) : informationnelle, navigationnelle, transactionnelle et commerciale.

    Vous n’êtes pas obligé de  » vendre  » dans chaque article. En vous concentrant sur les différents types d’intention de recherche (y compris l’intention informationnelle), vous serez en mesure de cibler les différentes étapes du parcours de l’acheteur.

    Autre avantage :

    Vous vous imposerez comme une autorité dans le domaine.
    Vous renforcerez la confiance et la notoriété de votre marque
    Vous toucherez de nouveaux utilisateurs (qui pourraient se convertir plus tard).

    Optimisez vos pages en termes de mots-clés

    Une fois que vous avez un mot-clé cible, vous devez l’utiliser pour optimiser votre page pour le sujet donné.

    Voici une liste de tous les éléments possibles où vous pouvez utiliser le mot-clé central :

    • Balise titre et méta-description
    • URL
    • Titre et sous-titres
    • Texte du corps du texte
    • Métadonnées de l’image
    • Texte d’ancrage des liens internes

    Tag de titre et méta-description

    Il est très important de placer votre mot-clé principal dans la balise titre (et, dans une moindre mesure, dans la méta-description). Idéalement, le plus près possible du début.

    Si vous écrivez sur un certain sujet, il est tout à fait naturel que le mot clé cible apparaisse dans les éléments de la page qui résument le contenu de la page.

    Voici un exemple d’extrait de SERP pour notre article sur la « stratégie de référencement en 7 étapes » avec le mot-clé cible Stratégie de référencement.

    Les URL

    Vos URL doivent être courtes et faciles à lire. Ce n’est pas le facteur de référencement le plus important, mais cela peut aider.

    L’un des avantages : Si quelqu’un établit un lien vers votre page avec ce qu’on appelle une « URL nue », le lien retour comprendra votre mot-clé principal.

    Titres et textes

    La meilleure pratique consiste à utiliser votre mot-clé principal dans le titre H1 de la page. Le cas échéant, il peut être utilisé dans certains des sous-titres.

    Enfin, il devrait apparaître dans le corps du texte à quelques reprises.

    N’oubliez jamais qu’il n’existe pas de nombre idéal d’apparitions de mots clés sur une page (aussi appelé densité de mots clés).

    Vous pouvez en fait faire plus de mal que de bien en essayant d’utiliser le mot-clé un certain nombre de fois dans votre texte.

    Metadata des images

    Vous pouvez insérer votre mot-clé dans les différentes métadonnées de l’image, à savoir :

    • nom de fichier de l’image
    • titre de l’image
    • légende de l’image
    • texte alternatif de l’image

    Le texte alternatif est le plus important du point de vue du référencement – il décrit l’image pour les visiteurs malvoyants ainsi que pour les robots d’exploration (qui ne peuvent pas non plus « voir » votre image).

    Cela ne signifie pas que vous devez le mettre à tous ces endroits.

    Si votre mot clé est « sports de plein air » et que vous présentez une image d’un homme escaladant une montagne, vous n’êtes pas obligé d’utiliser le texte alternatif « un homme pratiquant un sport de plein air ».

    Ancres de texte et liens internes

    Enfin, vous devez utiliser le mot clé principal dans le texte d’ancrage de vos liens internes.

    Le texte de l’ancre est la partie visible du lien. S’il contient le mot-clé principal, vous indiquez à Google le sujet de la page vers laquelle vous vous dirigez.

    Note :

    Il en va de même pour les liens externes. Cependant, vous ne pouvez pas toujours influencer le texte d’ancrage qui sera utilisé sur les pages externes qui renvoient à votre site.

    En fait, il peut être assez dangereux de manipuler les textes d’ancrage de vos liens retour.

     

    Maintenant, voici la partie la plus importante de l’optimisation de votre page pour le mot-clé principal : Ne le forcez pas.

    Si votre mot-clé central est « meilleure stratégie de marketing de contenu pour les petites entreprises », il serait fou de l’utiliser dans tous les éléments on-page mentionnés ci-dessus juste pour les cocher tous sur la liste.

    Faites preuve de bon sens et écrivez naturellement.

    La qualité du contenu

    Aujourd’hui, il est beaucoup plus difficile de se classer pour presque tous les mots clés que par le passé – la plupart des niches sont sursaturées.

    Mais il existe une stratégie qui fonctionne parfaitement : créer un contenu 10x meilleur que celui de vos concurrents, également connue sous le nom de stratégie du « contenu 10x ».

    Voici ce que cela signifie concrètement :

    Une meilleure qualité

    • Couvrir le sujet de manière plus approfondie que vos concurrents (vous pouvez littéralement regarder les pages les mieux classées et essayer de déterminer ce qui peut être mieux fait).
    • Fournir des informations et des données plus récentes
    • Offrez plus d’expertise (présentez les points de vue d’experts de votre niche) et de fiabilité (citez des sources fiables).
    • Soyez original, utilisez des données uniques, proposez de nouvelles perspectives, faites des expériences.
    • Créez des liens vers d’autres ressources pertinentes de haute qualité

    Un meilleur design

    • Utilisez une mise en page unique pour vos éléments de contenu les plus importants.
    • Ajoutez des supports visuellement remarquables (illustrations, infographies, graphiques, gifs, captures d’écran, vidéos).
    • Utilisez vos propres illustrations et évitez les photos de stock

    Une meilleure expérience utilisateur

    • Veillez à ce que le texte soit lisible (type et taille de la police) et exempt de fautes de grammaire.
    • Évitez les murs de texte – rédigez des paragraphes courts et faciles à digérer.
    • Utilisez des éléments de navigation (par exemple, une table des matières) pour les pages plus longues.
    • Utilisez des citations, des infobulles, des listes à puces et des phrases en gras.
    • Optimisez les aspects techniques (nous y reviendrons dans le prochain chapitre).

    La longueur du contenu

    Beaucoup de gens pensent que la longueur du contenu est l’un des facteurs de classement. Une étude bien connue de Backlinko montre que les articles d’environ 2 000 mots sont mieux classés dans Google.

    S’il est vrai que les contenus longs sont mieux classés dans Google, ce n’est pas le nombre de mots qui apporte un classement élevé. C’est le fait que les articles longs couvrent généralement le sujet de manière plus complète.

    Comment aborder la question de la longueur du contenu ?

    • Regardez le nombre moyen de mots des pages qui se classent pour votre mot-clé principal pour vous donner une idée approximative de la longueur du contenu. (par exemple, si tous les articles de la première SERP comptent plus de 2 000 mots, vous ne serez probablement pas classé avec un article de 800 mots).
    • Traitez le sujet de manière exhaustive, en couvrant tout ce qu’un lecteur potentiel pourrait vouloir savoir.
    • Gardez toujours à l’esprit qu’un nombre élevé de mots ne suffit pas à améliorer votre classement.
    • Concentrez-vous sur la qualité du contenu, et pas seulement sur la quantité.

    La mise à jour du contenu

    La perte de ranking du contenu est une réalité.

    Quel que soit le succès d’un contenu, il y a de fortes chances que son trafic diminue progressivement, à moins que vous ne le mainteniez à jour.

    Andrew Tate a remarqué que de nombreux articles de blog à succès partagent la même courbe de trafic et a décrit ce phénomène comme les 5 phases du cycle de vie du contenu.

    Alors, comment faire en sorte que votre message ne soit pas oublié au fil du temps ?

    La réponse est simple : des mises à jour régulières.

    La mise à jour régulière du contenu est une technique de référencement importante (mais souvent négligée).

    L’une des raisons pour lesquelles les mises à jour de contenu peuvent avoir un impact positif sur votre classement est que Google remarque la fréquence des mises à jour et a tendance à favoriser les pages fréquemment mises à jour pour certaines requêtes.

    Cela signifie que tous les sujets ne nécessitent pas une mise à jour du contenu, mais que beaucoup le font.

    Même si ce n’était pas votre cas, une mise à jour est un moyen relativement facile d’améliorer la qualité de votre contenu, ce qui n’est jamais une mauvaise chose à faire.

    Mettre à jour ou republier ?

    Si les petites modifications de vos pages ne nécessitent pas de mesures particulières, une refonte majeure vaut probablement la peine de republier l’article – afin qu’il apparaisse en haut du fil de votre blog et que les lecteurs sachent que l’article a subi une grosse mise à jour.

    Voici quelques cas où vous pouvez envisager de republier votre article :

    • La mise à jour concerne plus de 50 % du contenu
    • Vous avez ajouté une quantité importante de nouveau contenu.
    • Vous avez fusionné deux ou plusieurs articles en un seul.

    La republication est également une excellente occasion de promouvoir à nouveau votre article sur les médias sociaux et la newsletter, ou de lancer une nouvelle campagne de création de liens.

    On-Page SEO ou SEO technique

    Dans le chapitre précédent, nous avons abordé les techniques de référencement sur page liées au contenu. Maintenant, nous allons nous pencher sur les aspects plus techniques. C’est parti.

    Le maillage interne de liens

    La création de liens internes est une pratique de référencement assez négligée.

    Oui, les backlinks externes sont essentiels en matière de référencement (nous y reviendrons dans le prochain chapitre), mais il est tout aussi important d’avoir une structure de liens internes appropriée.

    Voici pourquoi :

    • Les liens internes améliorent la facilité d’exploration de votre site Web. Si vos pages sont bien reliées entre elles, les robots d’exploration des moteurs de recherche ont plus de facilité à trouver et à indexer toutes vos pages.
    • Les liens internes améliorent l’expérience utilisateur et l’engagement. Si votre navigation est claire, vos visiteurs trouveront plus facilement ce dont ils ont besoin. Avec des liens contextuels pertinents, ils passeront plus de temps avec votre contenu au lieu de quitter le site pour trouver leurs réponses ailleurs.
    • Les liens internes peuvent améliorer votre classement. Oui, les liens internes permettent également d’accroître l’équité des liens. Si une page comporte de nombreux liens internes pertinents avec des textes d’ancrage descriptifs,
    • Google comprendra mieux la page liée, la considérera comme importante dans la structure de votre page et lui donnera plus d’importance.

    La règle d’or d’un bon lien interne est la suivante : Toute page doit être au maximum à 3 clics de votre page d’accueil.

    Le plus grand avantage des liens internes ? Contrairement aux liens externes, les liens internes sont entièrement entre vos mains.

    Alors, comment obtenir un site web bien interconnecté ?

    Utilisez les bons éléments de navigation

    La clé d’un site Web bien interconnecté est de disposer d’éléments de navigation correctement structurés.

    Les internautes ont l’habitude de naviguer sur les sites Web d’une certaine manière et vous devez rendre ce processus aussi simple et clair que possible pour eux.

    • Menu – un élément de navigation principal qui doit être clair et descriptif.
    • Fil d’Ariane – très utile si vous avez une structure plus profonde de pages imbriquées.
    • Catégories – classez votre contenu en catégories logiques afin que les internautes puissent trouver facilement un contenu similaire.

    Liens internes depuis le corps de la page

    Outre les liens internes structurels, il est bon de créer des liens vers d’autres pages pertinentes dans le corps de la page.

    Ces liens comprennent des liens contextuels dans le texte ou des encadrés « pour aller plus loin » qui renvoient à d’autres pages de votre site Web susceptibles d’intéresser votre visiteur.

    Gardez en tête ces deux pratiques simples :

    Chaque fois que vous êtes sur le point de publier un nouvel article, pensez à votre autre contenu que le lecteur pourrait trouver utile et créez un lien contextuel vers celui-ci.
    Une fois le nouvel article ou la nouvelle page publiés, ajoutez quelques liens internes à partir d’autres pages pertinentes.

    Le sitemap

    Un plan de site est une liste structurée de toutes les pages d’un site web qui peuvent être explorées par les moteurs de recherche. En avoir un est un moyen supplémentaire de permettre aux robots d’exploration de trouver toutes vos pages.

    Quels types de sites bénéficieront d’un plan de site (selon Google) ?

    • Les grands sites Web comportant des centaines ou des milliers de pages
    • Les nouveaux sites avec peu ou pas de backlinks
    • Les sites Web qui n’ont pas beaucoup de liens internes (par exemple, ils contiennent des pages sans liens internes).
    • Les sites Web contenant de nombreux fichiers multimédias (par exemple, une galerie d’images).

    A-ton toujours besoin d’un sitemap ?

    Non, ce n’est pas nécessaire. Surtout si vous avez un petit site Web avec quelques pages bien reliées entre elles.

    D’un autre côté, avoir un sitemap ne peut jamais vous faire de mal. De plus, il contient des informations supplémentaires utiles, comme l’attribut lastmod, qui indique la date de la dernière mise à jour de la page, afin que les robots d’exploration sachent si la page doit être explorée à nouveau.

    Pour faire connaître votre plan de site à Google, vous pouvez le soumettre dans la Google Search Console.

    Le HTTPS

    Cela va sans dire. Il n’y a vraiment aucune excuse pour ne pas utiliser un certificat SSL de nos jours, d’autant plus qu’il existe des options gratuites (comme Let’s encrypt).

    La sécurité des visiteurs de votre site web devrait être une priorité pour vous.

    Non seulement pour les raisons évidentes, mais aussi parce que l’utilisation du protocole HTTPS est devenue un signal de classement mineur en 2014. En d’autres termes, votre site Web peut être moins performant dans Google si vous n’utilisez pas le protocole HTTPS.

    La compatibilité mobile

    À partir de 2019, Google utilise l’indexation mobile-first. Cela signifie que la plupart des sites web sont crawlés et indexés dans leur version mobile au lieu de la version de bureau.

    Avoir un site web adapté aux mobiles est une tâche essentielle du référencement. En pratique, cela signifie :

    • Une mise en page réactive
    • Un menu facile à parcourir sur les appareils mobiles
    • Des images compressées
    • Pas de pop-ups agressifs
    • Une police de caractères lisible

    Si vous n’êtes pas sûr que votre site Web soit adapté aux mobiles, vous pouvez le tester avec cet outil de Google ou vous rendre dans la Search Console et voir s’il y a des problèmes dans la section Mobile Usability.

    Heureusement, la plupart des développeurs gardent la convivialité mobile à l’esprit de nos jours, donc si vous choisissez un thème WordPress de qualité, tout devrait bien se passer.

    Mais il y a un facteur de référencement mobile particulier auquel vous devez prêter une attention particulière. La vitesse de la page.

    La vitesse du site

    La vitesse des pages est l’un des aspects les plus importants du référencement technique et un facteur essentiel de l’expérience utilisateur. Personne n’est prêt à attendre plus de quelques secondes le chargement d’une page.

    Qui plus est, la vitesse des pages est un facteur de classement confirmé.

    Il existe de nombreux outils utiles qui vous aideront à mesurer la vitesse de votre page et à trouver les problèmes de vitesse de page les plus courants. Il s’agit de :

    Examinons maintenant de plus près les meilleures pratiques pour maintenir la vitesse de vos pages à un niveau satisfaisant :

    Utiliser un hébergement de qualité

    Votre hébergement est le premier élément qui influence la vitesse de vos pages.

    Si votre hébergement a un mauvais temps de réponse du serveur, vous ne pouvez pas faire grand-chose pour l’optimiser davantage.

    Vous n’avez pas à vous soucier des millisecondes, mais ne vous attendez pas à des performances impressionnantes de la part de fournisseurs qui proposent un hébergement pour 0,10 €/mois.

    Enfin, veillez à ce que l’emplacement physique du serveur soit aussi proche que possible de votre public cible (par exemple, si vous ciblez le marché américain, n’ayez pas un serveur situé en Allemagne).

    Activer la mise en cache

    La mise en cache est un processus dans lequel des parties de votre page sont mémorisées (soit par votre serveur, soit par le navigateur du visiteur) afin de rendre le chargement suivant beaucoup plus rapide.

    Il existe deux principaux types de mise en cache :

    • Mise en cache du navigateur – la mise en cache est effectuée du côté de l’utilisateur ; si vous utilisez WordPress, vous pouvez utiliser l’un des nombreux plugins comme WP Rocket ou W3 Total Cache (n’en utilisez toujours qu’un seul !)
    • Mise en cache côté serveur – fonctionne au niveau inférieur et est plus efficace ; généralement fournie par les services d’hébergement web gérés.

    Utilisez AMP

    La technologie Accelerated Mobile Pages permet une diffusion plus rapide du contenu sur les appareils mobiles. En pratique, cela signifie que le contenu est servi dans une version plus simple et dépouillée de votre page sur les smartphones.

    Elle peut s’avérer très utile pour les sites Web à fort contenu (comme les magazines d’actualité ou les blogs plus importants). Si vous gérez un site Web WordPress, il existe un plugin AMP officiel pour vous aider à le mettre en œuvre.

    Limitez l’utilisation de scripts

    Tous les scripts tiers que vous utilisez sur votre site Web ajoutent du temps au chargement d’une page. Il s’agit notamment de :

    • Plugins WordPress
    • Scripts d’analyse et de remarketing
    • Services de commentaires (par exemple, Disqus)
    • Les widgets de chat

    Cela ne veut pas dire que vous ne devez pas les utiliser. Il suffit de suivre ces règles simples :

     

    • N’utilisez que les services dont vous avez réellement besoin. Ceci est particulièrement important pour les plugins WordPress. N’utilisez pas un plugin spécial pour chaque petite fonctionnalité de votre site Web. Un trop grand nombre de plugins peut ralentir votre site Web.
    • Si possible, retardez l’activation des scripts tiers afin qu’ils ne soient chargés qu’après quelques secondes ou lorsque le visiteur fait défiler la page. Cela peut s’appliquer aux services de commentaires ainsi qu’aux widgets de chat.

    Optimisez vos images

    Les fichiers d’images volumineux sont l’un des facteurs les plus courants à l’origine de la lenteur du chargement des pages.

    Voici quelques pratiques d’optimisation des images que vous devriez suivre pour vous assurer que vos images ne sont pas trop volumineuses :

    L’utilisation du bon format de fichier image peut vous aider à obtenir une meilleure qualité d’image et à réduire la taille du fichier.

    • JPEG – photos
    • PNG – dessins au trait, captures d’écran, images contenant du texte
    • GIF – images animées
    • SVG – logos, icônes, illustrations simples

    De nombreuses personnes téléchargent des images qui sont tout simplement trop grandes. Si la largeur de la zone de contenu de votre blog est de 800px, il est exagéré d’utiliser des images de 2500px de large.

    Avant de télécharger votre image sur le serveur, utilisez un éditeur d’images pour la redimensionner et l’adapter à la largeur de votre site Web. Elle peut être un peu plus large, mais vous avez rarement besoin d’une taille complète (surtout avec les photos).

    La compression d’image est un processus qui supprime certaines données d’image inutiles tout en préservant la qualité de l’image.

    Vous pouvez soit le faire manuellement et essayer de trouver le meilleur rapport entre la qualité et la taille du fichier, soit automatiser l’ensemble du processus avec un plugin (par exemple Imagify, ShortPixel, Tiny PNG).

    Le chargement paresseux est un processus simple dans lequel le contenu visible au-dessus du pli de la page est prioritaire et le reste est chargé un peu plus tard. Il est très utile pour les pages contenant beaucoup d’images.

    Le texte alternatif des images

    Le texte alt de l’image (également appelé balise alt) est un morceau de texte dans le code HTML qui décrit l’image et apparaît si l’image ne peut pas être chargée.

    Il est très important pour deux raisons :

    Du point de vue de l’UX – le lecteur d’écran peut lire le texte alt pour les visiteurs malvoyants.
    Du point de vue du référencement – le texte alt fournit un meilleur contexte pour les robots d’exploration puisqu’ils ne peuvent pas « voir » votre image.

    Pour rédiger un bon texte alternatif, vous devez :

    • Être descriptif – décrire l’image de la meilleure façon possible
    • Être bref – 5 à 10 mots devraient suffire
    • Eviter le bourrage de mots-clés – le texte alternatif n’est pas un endroit pour bourrer vos mots-clés de façon anormale.

    Outre les textes alt, vous devez également utiliser :

    • Des noms de fichiers d’image descriptifs (yellow-apple.jpeg est toujours mieux que DCIM1523.jpeg)
    • le titre et la description de l’image
    • des légendes (facultatif)

    Balise Title et Méta Description

    La balise Title et la méta-description sont des éléments HTML qui représentent le titre et la description de la page. Ils sont affichés dans les résultats de recherche ou lorsque la page est partagée sur les médias sociaux.

    Ils sont cruciaux du point de vue du référencement. Une balise titre et une méta-description bien rédigées sont votre seule chance d’attirer l’attention de l’utilisateur dans les SERP.

    Voici quelques conseils sur la façon de rédiger une bonne balise titre et une bonne méta-description :

    1. inclure le mot-clé principal

    Comme nous l’avons mentionné dans le chapitre précédent, la balise titre et la méta-description d’une page sont un bon endroit pour placer votre mot-clé principal.

    La meilleure pratique consiste à placer le mot-clé central au début de la balise titre. Ce n’est cependant pas obligatoire et vous ne devez pas le forcer.

    2. Respectez la longueur du texte

    La limite de longueur est de 600px pour une balise titre et de 960px pour une méta-description.

    Si elles sont trop longues, elles seront tronquées par Google, ce qui n’est pas très agréable et peut faire baisser votre taux de clics.

    Pour vous assurer que votre titre et votre description ont la bonne longueur, vous pouvez utiliser notre outil gratuit appelé SERP Simulator.

    Outre la vérification de la longueur, il vous permet de vérifier les résultats réels de la SERP pour n’importe quel mot clé et n’importe où, afin de les comparer à votre extrait et de vous inspirer de ce qui fonctionne pour vos concurrents.

    Ce qui nous amène au point suivant :

    3. Se démarquer des autres

    Voici quelques éléments que vous pouvez utiliser pour rendre votre balise titre unique :

    • Question
    • Numéro
    • L’année
    • Un mot tout en majuscules
    • Des parenthèses
    • Le nom de votre marque

    Le Featured snippet

    Le Featured snippet (parfois appelé « position zéro ») est un résultat de recherche sélectionné qui apparaît au-dessus des 10 résultats standard dans la recherche Google. Son objectif est de répondre à la question de l’utilisateur directement dans la SERP.

    Il existe trois principaux types de featured snippets :

    • Paragraphe – généralement une réponse courte à une question de type comment, qui, pourquoi, quand ou quoi.
    • Liste : instructions étape par étape ou recettes.
    • Tableau – souvent utilisé pour les tableaux de comparaison, les tableaux de données, etc.

    Le plus grand avantage d’avoir un featured snippet est que vous pouvez « surclasser » vos concurrents même si votre page a une position inférieure.

    De nombreuses pages qui apparaissent dans les featured snippets ne sont pas classées au premier rang. Elles apparaissent normalement en 2e ou 3e position, voire en position inférieure.

    Alors, comment obtenir un featured snippet ?

    1. Trouvez des mots-clés à potentiel featured snippet

    Un excellent point de départ est un outil de recherche de mots clés dans lequel vous pouvez rechercher spécifiquement des mots clés de type « question ».

    Si vous cliquez sur un mot clé dans KWFinder, la présence d’un featured snippet est signalée par une petite icône dans le tableau des SERP.

    Une autre grande source de mots-clés avec les extraits vedettes est la case « Les gens demandent aussi » qui apparaît souvent sous l’extrait vedette.

    2. Répondez à la question posée

    La clé pour apparaître dans le featured snippet est de répondre à la question le plus tôt possible sur la page. Ce style d’écriture est appelé « le style d’écriture de la pyramide inversée ».

    Cela signifie que vous fournissez d’abord la définition, puis vous poursuivez avec les détails justificatifs.

    3. Utilisez le nombre de mots approprié

    Il n’est pas possible de sélectionner le texte exact qui doit apparaître dans un extrait de texte vedette. Google sélectionnera automatiquement la partie de votre texte.

    Cependant, vous devez optimiser la longueur du texte de l’extrait présumé afin qu’il corresponde à la longueur habituelle des extraits vedettes.

    La plupart des extraits vedettes ont une longueur de 40 à 50 mots.

    4. Repérez ce qui fonctionne chez les concurrents

    Enfin, profitez du fait qu’il existe un featured snippet et inspirez-vous de ce qui fonctionne pour vos concurrents.

    Examinez des éléments tels que

    • Le type d’extrait (paragraphe, liste, tableau)
    • La longueur du texte
    • L’emplacement du texte sur la page
    • La présence d’images

    Les Backlinks

    Dans la dernière partie de notre guide du référencement naturel pour les débutants, nous aborderons les backlinks, l’un des aspects les plus importants du référencement.

    Qu’est-ce qu’un Backlink ?

    Un backlink est un lien d’une page vers une autre. Si une page A est liée à une page B, on dit que la page B a un backlink de la page A.

    Les backlinks sont l’un des signaux de classement les plus importants. Il existe une corrélation directe entre la quantité et la qualité des backlinks et le classement.

    Pourquoi les backlinks sont-ils si importants ?

    Les backlinks sont un facteur très influent des algorithmes des moteurs de recherche depuis le tout début.

    Ils fonctionnent comme des citations académiques. Les développeurs de moteurs de recherche ont compris que si de nombreuses ressources de qualité renvoient à une page donnée, cela signifie que cette page est riche en contenu et digne de confiance.

    L’équité des liens

    L’équité des liens (également appelée « jus de lien ») est un terme utilisé pour décrire l’autorité qu’une page transfère à une autre page par le biais d’un lien.

    Qu’est-ce que GooglePageRank ?

    Au tout début, Google a créé un algorithme appelé PageRank pour intégrer la qualité et la quantité des liens retour dans son système de classement et déterminer l’importance relative des pages Web dans les résultats de recherche.

    Les trois facteurs qui influencent le PageRank d’une page sont :

    • Le nombre de backlinks – plus la page a de backlinks, mieux c’est.
    • Le nombre de liens sur la page de liaison – la valeur (appelée « équité du lien ») est répartie entre toutes les pages qui sont liées à partir de la page de liaison.
    • Le PageRank de la page du lien – un lien retour provenant d’une page avec un PageRank plus élevé transmet plus d’équité de lien.

    A noter :

    Ne confondez pas l’algorithme PageRank avec une ancienne métrique du même nom qui était utilisée par Google pour afficher le rang des pages de 0 à 10.

    Ce n’est pas la même chose et si la métrique PageRank a été abandonnée, l’algorithme PageRank fait toujours partie du classement de Google.

    Les types de liens

    Les liens peuvent être classés en plusieurs catégories. Voici les plus fondamentales que vous devez connaître :

    Liens internes et externes

    Cette catégorie est assez évidente.

    Un lien interne est un lien d’une page à une autre au sein du même site web, tandis qu’un lien externe est un lien provenant d’un site web externe.

    Liens nofollow

    Un lien nofollow est un lien qui contient un attribut rel= »nofollow » dans son code HTML.

    Il a été introduit en 2005 par Google et indique aux moteurs de recherche de ne pas transmettre l’équité du lien à la page liée. Les cas où l’attribut nofollow peut être utilisé sont les suivants :

    • Le lien dans les commentaires – il permet de lutter contre le spam dans les commentaires car il rend les liens dans les commentaires moins précieux)
    • Liens d’affiliation et liens sponsorisés – avec l’attribut nofollow, vous ne violerez pas les règles de Google concernant l’achat de liens.
    • Liens vers des sites Web que vous ne souhaitez pas approuver – il est parfois nécessaire de créer des liens vers des pages que vous ne souhaitez pas approuver.

    Bien que les liens nofollow ne transmettent pas d’autorité, ils peuvent apporter d’autres avantages :

    • Ils peuvent servir d’indice pour Google – en 2019, Google a annoncé qu’ils traiteront les liens nofollow comme des indices pour mieux comprendre et analyser les liens.
    • Ils peuvent vous apporter du trafic – un lien nofollow peut ne pas vous apporter de « points SEO » mais il peut tout de même vous apporter un trafic pertinent
    • Ils diversifient votre profil de liens – les liens nofollow font naturellement partie de chaque profil de liens et il serait étrange de ne pas en avoir ;

    Le profil de lien

    Le profil des liens est un autre terme important du référencement que vous devez connaître. Il est utilisé pour décrire tous les liens qui pointent vers votre site Web.

    La qualité de votre profil de liens est en corrélation directe avec votre classement.

    À quoi ressemble un bon profil de liens ?

    • Diversité – un profil de liens sain est un mélange de différents types de liens (standard et nofollow) et de textes d’ancrage naturels.
    • Des backlinks de qualité – un bon profil de liens est constitué de backlinks de qualité provenant de sites web pertinents.

    En revanche, un trop grand nombre de liens de faible qualité provenant de sites Web douteux sera, au mieux, ignoré et, au pire, nuira à votre site Web.

    L’ancre de texte

    Le texte d’ancrage est une partie visible et cliquable d’un lien hypertexte. Il aide les robots d’exploration à indiquer le sujet de la page liée.

    On distingue plusieurs types de textes d’ancrage :

    • Nom de marque – par exemple, « Mangools ».
    • Correspondance exacte – par exemple, « guide de référencement ».
    • Correspondance partielle – par exemple, « tutoriel pratique sur le référencement ».
    • Générique – par exemple, « en savoir plus ».
    • URL nue – par exemple, « https://mangools.com/blog/learn-seo/ ».

    Si un plus grand nombre de pages renvoient vers vous en utilisant des termes pertinents dans les textes d’ancrage, cela peut vous aider à vous classer pour ces termes dans les moteurs de recherche.

    Cela ne signifie pas que vous devez essayer d’obtenir à tout prix des textes d’ancrage remplis de mots-clés.

    Au contraire, vous devez être très prudent et viser un mélange naturel de différents types de textes d’ancrage.

    Toute tentative évidente de manipulation du texte d’ancrage de vos liens peut être détectée et pénalisée par Google (plus d’informations sur les pénalités Google ici).

    Comment reconnaitre un bon backlink ?

    Tous les backlinks ne sont pas égaux.

    Outre les différences évidentes entre les liens internes et externes et les liens standard et nofollow, deux backlinks peuvent avoir des valeurs différentes (et transmettre des quantités différentes d’équité de lien) en fonction de nombreux autres facteurs.

    Voici à quoi ressemble un backlink à forte valeur :

    1. Pertinent

    Un bqcklink de valeur est topiquement pertinent. Cela signifie que la page de liaison doit porter sur le même sujet ou un sujet similaire à celui de la page liée.

    Par exemple :

    Si vous avez un article sur les conseils de randonnée et que vous avez deux backlinks, l’un provenant d’un article sur les sports de plein air et l’autre d’un article sur la politique, le premier backlink a beaucoup plus de valeur.

    2. Provient d’un site d’autorité

    Comme nous l’avons expliqué précédemment avec le PageRank, les pages avec des liens de qualité pointant vers elles transmettent également plus d’équité de lien à votre page.

    Plus la page de référence a de l’autorité, plus le lien retour a de la valeur pour vous.

    Il n’y a pas de mesure officielle de Google qui représenterait l’autorité d’une page mais il existe de nombreuses mesures par des outils commerciaux qui peuvent vous aider à l’estimer.

    Les plus populaires sont le Domain Authority et le Page Authority de Moz.

    3. Unique

    L’unicité d’un lien retour peut être discutée à plusieurs niveaux :

    • Un backlink provenant d’un site web qui ne vous a pas encore lié est généralement plus précieux que celui d’un site qui vous a déjà lié.
      Il est préférable d’avoir 10 backlinks provenant de 10 sites web différents que 50 backlinks provenant du même site.
    • Si vous avez deux liens provenant de la même page, celui qui apparaît en premier peut avoir plus de valeur que le second.
      (En 2009, Google ne comptait que le premier texte d’ancrage. Nous ne savons pas comment ils les traitent aujourd’hui, mais nous pouvons supposer que cela n’a pas changé).
    • Enfin, le PageRank est réparti de manière égale entre les pages liées.
      Il y a donc une grande différence entre un lien retour provenant d’une page qui renvoie à 3 ressources et un lien retour provenant d’une page qui renvoie à 30 ressources.

    4. La position du lien sur la page

    Un lien de qualité est un lien qui peut également vous apporter du trafic.

    Non seulement pour des raisons évidentes (nouveaux visiteurs) mais aussi du point de vue du référencement.

    Google utilise le modèle dit du « surfeur raisonnable » qui prédit la probabilité qu’un utilisateur clique sur un lien : « La quantité de PageRank qu’un lien peut transmettre est basée sur la probabilité qu’une personne clique sur ce lien. »

    Plus un backlink est placé en évidence, plus Google lui accorde de poids.

    En d’autres termes, un backlink placé en haut d’un article est meilleur qu’un lien retour placé en bas. Et le backlink du bas de l’article est meilleur que celui du pied de page ou de la barre latérale.

    5. Des ancres de texte pertinentes

    Le texte d’ancrage joue un rôle important dans la création de liens.

    En effet, un backlink dont le texte d’ancre est pertinent pour la page liée a plus de valeur qu’un lien dont l’ancre n’est pas pertinente ou générique.

    Cela s’applique également au texte qui entoure le lien, car les liens peuvent être entourés d’un contexte.

    Faut-il construire des backlinks manuellement ?

    Dans un monde idéal, tout ce dont vous auriez besoin pour obtenir des backlinks de qualité serait de créer un contenu de qualité.

    La réalité est un peu plus compliquée :

    Il est très difficile (voire impossible) d’obtenir des backlinks de qualité sans effort supplémentaire de votre part. Surtout pour les nouveaux sites Web.
    Il est très difficile (voire impossible) de se classer sans aucun backlinks. Surtout pour les nouveaux sites Web.
    C’est pourquoi la création de liens est une partie importante du référencement. Mais c’est aussi un sujet un peu controversé.

    Google n’est pas un grand fan des tentatives de manipulation du PageRank de votre site.

    Faut-il acheter des backlinks ?

    L’achat de backlinks est un tout autre chapitre. La plupart des experts en référencement vous diront que cela n’en vaut pas la peine.

    Voici les deux principaux inconvénients de l’achat de liens :

    • C’est risqué – l’achat de backlinks est un grand non-non pour Google et s’ils le découvrent, vous obtiendrez une pénalité manuelle, ce qui est quelque chose dont votre site web peut ne pas se remettre.
    • C’est cher – un backlinks de qualité coûte cher (à partir de 100 $/lien retour, généralement beaucoup plus) ; bien sûr, un lien retour ne vous permettra pas de vous classer, vous devrez donc dépenser beaucoup pour obtenir des résultats.

    Pourtant, l’industrie de la vente de liens est bien vivante et l’achat de backlinks est une pratique courante.

    La décision finale vous appartient. Rappelez-vous simplement qu’il s’agit d’une stratégie très risquée qui peut ne pas être rentable à long terme.

    Les stratégies pour construire des backlinks

    Créer des ressources « linkables »

    La technique de création de liens la plus naturelle consiste à créer un élément de contenu unique et précieux – une ressource pouvant être citée- qui attirera les backlinks.

    Il peut s’agir de n’importe quel élément de contenu, mais certains types de contenu sont parfaitement adaptés à cette technique. Il s’agit notamment de :

    • Les guides ultimes
    • Les grandes listes
    • Les recherches avec des données uniques
    • Les répertoires de ressources
      outils gratuits

    L’étape suivante consiste à trouver des sites Web susceptibles de vouloir établir un lien avec vous et à les contacter (nous y reviendrons plus tard).

    Une fois que vous avez obtenu des backlinks vers votre ressource, vous pouvez rediriger le « jus de lien » vers vos autres pages (par exemple, les pages monétisables) par le biais de liens internes.

    Les articles invités

    Le guest posting (ou guest blogging) est certainement la technique de link building la plus populaire. Elle est assez simple (mais pas facile) et évolutive.

    L’auteur du site A écrit un article pour le site B. L’article contient un lien vers son propre site. Le site B obtient un élément de contenu gratuit et le site A obtient un lien retour gratuit. Tout le monde y gagne.

    Alors, comment trouver des blogs qui acceptent les messages d’invités en rapport avec votre niche ?

    Essayez d’utiliser des opérateurs de recherche spécifiques qui vous aident à filtrer ceux qui sont pertinents pour vous. Par exemple : « votre niche » + « écrivez pour nous ».

    Une fois que vous les avez trouvés, lisez leurs directives en matière de poste d’invité et contactez le propriétaire avec votre proposition de poste d’invité.

    Les backlinks des concurrents

    L’analyse des profils de liens de vos concurrents est un excellent moyen de trouver des sites Web qui pourraient être disposés à établir un lien avec vous. (Après tout, ils ont déjà créé un lien vers une page similaire, non ?)

    Tout ce dont vous avez besoin est un outil d’analyse des backlinks (comme LinkMiner) qui vous aidera à trouver les backlinks de vos concurrents.

    L’outil vous montrera tous les backlinks et quelques informations supplémentaires à leur sujet (autorité, texte d’ancrage, attributs, etc.).

    Lorsque vous analysez les backlinks de votre concurrent, vous devez tenir compte des éléments suivants :

    La pertinence du lien – Un backlinks de cette page serait-il pertinent pour votre contenu ?
    La force du lien – Quelle est l’autorité de la page de lien ?
    Difficulté – Serez-vous en mesure d’obtenir le même lien retour ?

    L’étape suivante consiste à contacter les propriétaires de sites Web pour remplacer le backlink de votre concurrent (également connu sous le nom de « technique du gratte-ciel ») ou ajouter votre lien retour comme ressource supplémentaire.

    La technique du gratte-ciel

    La technique du gratte-ciel (nommée par Brian Dean de Backlinko) fonctionne comme suit :

    Trouvez le meilleur article sur un certain sujet, écrivez quelque chose qui est encore meilleur (voir la technique du contenu 10x).
    Contactez ensuite tous les sites Web qui renvoient vers votre concurrent et demandez-leur de créer un lien vers vous à la place.

    Autres techniques de Linkbuilding

    • Création de liens brisés – trouvez les sites Web dont les liens sont inactifs et proposez votre contenu en remplacement.
    • Mentions de la marque – trouvez les mentions non liées de votre marque (vous pouvez utiliser Google Alerts) et demandez aux propriétaires des sites Web de lier la mention.
    • Témoignages – écrivez un témoignage sur un produit ou un service et obtenez un lien vers votre site à côté de votre nom.
    • Réunions, avis d’experts – faites-vous connaître dans des réunions de niche ou des articles qui nécessitent des avis d’experts (voir la technique HARO).
    • Liens retour sociaux (nofollow) – partagez votre contenu sur les médias sociaux, faites-en la promotion sur Facebook/Twitter/Pinterest, participez à des discussions, commentez des articles pertinents.
    • Forums et sites de questions-réponses (nofollow) – un lien bien placé avec une valeur ajoutée sur Quora ou Reddit peut générer beaucoup de trafic au fil du temps ; évitez à tout prix le spam inutile.

    Leave your vote

    Franck Delamie
    Author: Franck Delamie

    Comments

    0 comments