Gagner de l’argent en étant étudiant est bien plus simple qu’il n’y parait, pourtant, la majorité n’en a pas conscience. Y compris moi, quand j’étais étudiant.

En fait, on reproche souvent aux jobs étudiants d’être faiblement rémunérés, et de potentiellement compromettre la réussite dans les études.

La question est totalement légitime, car cette situation ne fait que souligner les inégalités entre les étudiants aisés, et les plus modestes.

D’ailleurs, on n’imagine sans doute pas le nombre d’étudiants talentueux, n’ayant pas pu exploiter leur plein potentiel, à cause d’un job étudiant trop prenons.

Comment gagner de l’argent facilement en étant étudiant ?

Tout d’abord, si vous êtes à la recherche d’une quelconque méthode magique, il n’en est rien.

Simplement, avec un peu de travail, la méthode que je m’apprête à vous énoncer vous permettra de gagner de l’argent en étant étudiant, tout en étant totalement concentré sur les études.

Je vais littéralement vous montrer, comment monétiser vos cours extrêmement facilement, et de manière pérenne. Vous serez ainsi littéralement payé pour étudier.

A qui s’adresse ce guide ?

C’est LE guide des étudiants pour gagner de l’argent sur Internet. D’ailleurs, si vous avez des idées de noms, n’hésitez pas en commentaire !

Ce guide s’adresse : 

  • Aux lycéens
  • Etudiants universitaires
  • Doctorants
  • Etudiants en école d’ingénieur
  • Etudiants en école de commerce
  • Etudiants en classes préparatoires

Les avantages

Sans compter le temps gagné, voici quelques avantages de ce business : 

  • Vous êtes moins soucieux : Quoi de plus soucieux pour un étudiant, de se retrouver à devoir travailler pour payer son loyer, alors qu’il ferait mieux de réviser pour les prochains partiels.
    Avec cette méthode, vous retirez un poids tellement important de votre esprit que vous serez plus performant.
  • Un business pérenne : Les programmes ont beau changer, les concepts fondamentaux restent les mêmes. Vous apprendrez toujours les mêmes identités remarquables, et les espaces vectoriels préhilbertiens ne disparaitront pas des programmes ;). En vendant vos cours, vous pouvez générer des revenus stables pendant de nombreuses années.
  • Vous aurez un avantage de taille : Ne pensez pas que parce que vous distribuez vos cours, vous êtes perdant en termes d’efforts fournis. En effet, votre degré de compréhension sera bien plus fine que la moyenne, et ça, ils ne s’en rendent pas compte.
    Dit autrement, vous allez bâtir vos compétences, et vos revenus en « exploitant » le côté procrastinateur de vos autres camarades. 

L’inconvénient

L’inconvénient que je vais vous énoncer n’en est pas vraiment un, mais il s’agit tout de même d’un point à prendre en compte.

Ce business de vente de cours en ligne vous demandera rigeur et régularité.

Vos cours devront non seulement être clairs, mais vous devriez également tous les avoir !

D’ailleurs, une des méthode consisterait à s’associer avec des amis, et de se répartir la tâche.

Spoiler : En suivant scrupuleusement la méthode, vous pourriez :

– Au pire : Générer quelques centaines d’euros sur l’année scolaire pour avoir vendu des cours à vos camarades.

– Si vous faites les choses dans la moyenne : Gagner assez d’argent chaque mois pour faire les courses, voire payer le loyer.

– Si vous êtes du genre à faire les choses jusqu’au bout : Vous retrouver à la tête d’un business de vente de cours, avec des créateurs de contenu que vous rémunérez pour rédiger les cours. Ils sont spécialisés par matières, certains sont responsables de la rédaction des cours, d’autres des TD…etc.
Au dessus de tout ce beau monde, votre responsable qualité, qui s’assure que les productions respectent les standards de la maison.

Et vous dans tout ça ?

Et bien il y a de forte chances que vous ayez quitté votre cursus pour vendre une formation à la Yomi sur « comment générer des revenus passifs en étant étudiant ».

Trêve de plaisanterie, entrons dans le vif du sujet.

Voici les étapes à suivre pour mettre en place un tel business : 

Etape 1 : Déterminer son audience

Que vous soyez au lycée, à l’université, en classe préparatoire, ou en école, votre public cible ne sera pas le même, et vous allez comprendre pourquoi : 

Au lycée

Au lycée, le programme reste assez général pour que vous puissiez vendre vos cours et exercices à l’ensemble des lycéens de France de votre filière. Les programmes étant similaires.

En classes préparatoires

Le contexte est le même que celui du lycée, à une différence près. En venant de province, par exemple, il se pourrait que vos cours ne soient pas aussi poussés que dans une prépa Parisienne. De fait, votre public cible est également à moduler avec le rang de votre prépa.

Le programme étant très dense, il peut s’avérer difficile de couvrir son ensemble, et vendre des cours de qualité.

L’idéal est de s’associer avec des camarades, et de se répartir les matières.

En écoles de commerce et d’ingénieur

Les élèves d’écoles de commerce et d’ingénieur ont tendance à relâcher la pression, après deux ans ou plus de dur labeur pour préparer des concours.

Aussi, la quantité de travaille fournie est moindre, et cette situation peut s’avérer compliquée à gérer.

Les écoles ont souvent des bases d’archives que les élèves alimentent. Néanmoins, ces dernières sont souvent désorganisées, et obsolètes de plusieurs années.

Il peut être extrêmement simple pour un étudiant en grande école, de générer des revenus chaque mois, en se faisant payer quelques euros, par plusieurs dizaines voire centaine d’élèves de sa promotion, et des promotions futures !

A l’université

Le taux d’absentéisme à l’université bat des records. En effet, la plupart des étudiants préfèrent n’aller qu’en TP, et de s’en servir pour les partielles. Cette situation, bien que « gérable » n’est pas la plus confortable.

Vous allez proposer à ces étudiants, pour un prix fixe par mois, de recevoir cours et TD dans leur entièreté.

L’avantage étant que vous pourrez proposer ceci à tous les étudiants de votre cursus, partout en France ! 

Etape 2 : Choisir les matières

Vous aurez de meilleurs résultats en vous concentrant sur une ou quelques matières, plutôt qu’en essayant de tout englober.

Comme je l’ai déja répété plus haut, si vous souhaitez vous diversifier, n’hésitez pas à aborder le business à plusieurs, ou à monter votre propre « agence » de vente de cours.

Savoir ce que vous allez traiter vous permettra d’estimer la charge de travail requise.

Etape 3 : Commencez à développer votre audience

Récoltez les coordonnées de votre public cible pour commencer à préparer le terrain. L’idée ici est surtout de confirmer la demande dans les matières que vous avez prévu de traiter. En effet, vous ne souhaiteriez pas vous retrouver à rédiger cours et fiches pour une matière qui n’intéresse personne.

Etape 4 : La création de contenu

En fait, c’est l’étape de tout les instants. Puisque vous vendez des cours, il vaut mieux que les publications suivent le rythme du professeur. Si vous vendez à vos camarades de promo, rien ne sert de publier un cours des mois après qu’il ait été traité.

Etape 5 : La vente de vos cours

C’est l’étape la plus importante.

Informer vos potentiels utilisateurs de l’existence de votre service, ET les convaincre à l’acheter.

Vous aurez besoin non seulement d’une offre persuasive, mais aussi de beaucoup d’agilité.

Si vous souhaitez préserver votre identité, il vous faudra trouver un moyen de contacter vos prospects sans qu’ils ne vous reconnaissent.

Etape 6 : Développer le business

Ce genre de business peut scaler assez vite.

En fait, il se prête bien au bouche à oreille, et donc au business de l’affiliation, et l’une de mes principales recommandation serait de mettre en place un système d’affiliation pour vos cours.

Vous payez vos ambassadeurs pour vous amener de nouveaux clients.


Voir le guide détaillé

Leave your vote

Comments

0 comments